27/12/2009

Dernier verre

J'avais déjà rangé la salle quand elle est entrée. Les chaises étaient retournées sur les tables. Elle m'avait juste demandé si elle pouvait boire un dernier verre. Au bar, ça irait. Qu'elle ne me dérangerait pas. Elle s'est assise avec élégance sur un haut tabouret. Elle n'était pas saoule. Peut-être avait-elle déjà bu. Je lui servi un daikiri. Elle me demanda une paille. Non, ça ne me dérangeait pas. Elle n'avait pas de sac mais disposa sur le zinc du comptoir un paquet de Johnson et un briquet de marque. Un Dupont peut-être. Sans doute les tenait-elle simplement en main quand elle est entrée. Je ressorti un cendrier de derrière le bar et le déposai près de ses cigarettes. Elle me remercia simplement d'un sourire. Elle alluma une cigarette presque machinalement. Elle plissa légèrement les yeux en aspirant la première bouffée. Elle posa la cigarette sur le rebord du cendrier et joua machinalement avec le paquet.  Chaque geste était calme et posé. Les volutes de fumée dessinaient des formes improbables dans la lumière qu'elle regardait avec un léger sourire.

IMG_0002


      Tout en rangeant les verres sur les étagères, je l'observais le plus discrètement possible au travers des miroirs du bar. Peut-être s'en rendait elle compte. Elle était plutôt jolie avec sa coupe au carré. Une mèche rebelle retombait négligemment devant ses yeux et elle l'écartait doucement d'un revers de la main lorsqu'elle portait son verre aux lèvres. Son visage était fin. Si ses gestes étaient posés, ils étaient décidés, précis. Coupants presque.  Sa peau devait être douce. Un parfum discret exhalait d'elle.  Elle ne semblait pas étrangère mais j'avais cru déceler un léger accent dans sa voix. Elle était simple. Ne portait aucun bijou. Pas de bague. Aucune alliance. J'avais vérifié. Sa robe fourreau noire scintillait légèrement et paraissait par moment briller de reflets bleutés. Elle épousait les formes de son corps. Sans ostentation. sans vulgarité. Elle semblait sereine. Ou pensive?
       Je terminai les étagères. Et j'allais commencer à ranger le bar. Et les vidanges. Je mis la radio pour couvrir le bruit désagréable des bouteilles. Elle demanda une station particulière. Jazzy. Pas désagréable.  Je ne l'avais jamais vue dans le quartier. Mais je n'étais moi-même pas depuis assez longtemps dans la place pour connaître tout le monde. Peut-être était-elle de passage. A cette heure? Elle ne semblait pas triste. Ne regardait pas dehors et ne s'était pas encore même retournée. A aucun moment. Assise au bar. Simplement. Belle. Pas distante mais pas bavarde. Elle en était déjà à se deuxième cloppe. Ou la troisième? Et pourtant on ne pouvait pas dire qu'elle semblait nerveuse. Elle était là. Simplement accoudée à mon bar. Et je dois dire que cela me suffisait.

        Je lui proposai un deuxième verre pour la maison. Le temps que je termine. Non, ça ne me dérangeait pas. Cela me faisait de la compagnie pour terminer mon travail. Charmante pensais-je encore. Elle devina et souris. Je pense. Moi je rougis. Elle accepta. Elle ne parlait pas. Sans doute n'en avait-elle pas envie. Moi, je n'osais. C'était bien ainsi. De temps à autre, elle jetait un oeil aux bouteilles alignées au dessus du bar. A quoi pensait-elle?  Elle ne me regardait pas. Ou juste un regard peut-être lorsque je passai devant elle.

         Je m'excusai. Elle souleva son verre et le cendrier pour que je termine d'essuyer le zinc. Ne vous pressez pas. Vous avez le temps. Elle me regarda. Sans sourire. Ou peut-être si. Elle avait des talons hauts et je remarquai un fin liseré noir sur ses bas. Légère touche glamour. Je croisai son regard dans la glace derrière le bar. Je bredouillai des paupières et m'échappa. Elle, avec classe, bu une gorgée. Je n'osais lui parler. Ce n'était pas nécessaire.  Il me semblait l'avoir vu descendre d'une voiture. Un taxi peut-être? Rentrait-elle chez elle? Attendait-elle quelqu'un?

         Je ne sais d'où elle sorti les deux pièces qu'elle déposa sur le comptoir. Je remarquai que ses lèvres susurraient les paroles de Blue Moon, qui passait à la radio. Elle se leva. Magnifique. Me lança encore un regard clair ponctué d'un sourire. Rabattit sa mèche derrière une oreille. Me souhaita bonne nuit et disparu à l'aurore.  Je suivi encore sa silhouette au travers de la vitre.  Démarche lente et chaloupée. En rien provocante. Non. Femme!  Une johnson fumait encore dans le cendrier.

         Mon bar n'avait jamais été aussi propre. Elle ne revint jamais

 

Histoire écrite sur un dessin d'Isa

17:04 Écrit par carpe diem dans les dessins d'Isa, Mes histoires | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/10/2009

Vers-libriste (4)

 

IMG_0004

14:17 Écrit par carpe diem dans les dessins d'Isa | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/10/2009

Vers-libriste (2)

 

IMG_0003

18:07 Écrit par carpe diem dans les dessins d'Isa | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/07/2007

Moi

Je lis et c'est....sérieux

IMG

 

Enfin, semble-t-il....

 

Dessin : Isa

00:05 Écrit par carpe diem dans les dessins d'Isa | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/11/2006

Il part à Diziak

Vendredi, Robinson a cru Zoé...

ret isa3

Dessin : Isa

01:38 Écrit par carpe diem dans les dessins d'Isa | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |